Dynamique de territoire

Grenoble accélère les transitions… et prends un temps d’avance ! 

Les Alpes sont deux fois plus frappées par le changement climatique que le reste de l’Europe… cette réalité donne à Grenoble, cœur des Alpes, la responsabilité d’être deux fois plus audacieuse et créative ! Mettre le bouclier social au cœur des transitions est le secret de la réussite à la grenobloise. La Ville prend un temps d’avance et accompagne le changement via des dispositifs, des aides pour protéger les habitants et leur donner envie d’adapter leurs modes de vie, pour ensemble, engager la transition dans tous les domaines : mobilités, démocratie, alimentation, école, espace public, énergie

Le bouclier social au cœur de la transition écologique

Grenoble est l’une des rares grandes villes de France à ne pas augmenter les impôts locaux, qui pèsent d’abord sur les ménages modestes. Elle a par ailleurs créé un abattement sur la taxe d’habitation pour les personnes handicapées avec de faibles revenus.

Plus de gratuités et tarifications solidaires

La gratuité ciblée et la tarification solidaire franchissent un record de développement : Culture: gratuité des bibliothèques, des musées et des muséums pour les moins de 26 ans, gratuité totale du festival Cabaret frappé depuis 2016. Stationnement : gratuité pour les personnes handicapées et vingt minutes pour tous. Gratuité des parkings relais pour les abonnés TAG. Transports en commun : le tarif a été divisé par deux en deux ans pour les jeunes, gratuité des transports pour les sorties scolaires et pendant trois mois pour les nouveaux arrivants. Métrovélo : tarification solidaire Périscolaire : gratuité deux soirs par semaine et tarification sociale pour les autres avec des tarifs progressifs, les moins chers du département. Cantine scolaire : grille tarifaire plus progressive Eau : tarification sociale (la facture baisse pour 40 000 Métropolitains !) Electricité : mise en place d’un réel accès au tarif social de l’énergie par GEG : mi-2016, 7 000 ménages bénéficient de la tarification sociale de l’électricité (soit 8 fois plus qu’en 2013) et 1 500 du TSS (gaz). Depuis 2014 GEG a créé un pôle « énergie solidaire » qui coordonne les actions pour les personnes en difficulté de paiement. Aussi : partenariat GEG-CCAS de Grenoble avec une plateforme précarité énergétique et des visites à domicile dans le dispositif SOLENI, 150 diagnostics réalisés mi 2016. Mais aussi : tarification solidaire pour les piscines, le téléphérique de la Bastille…

Enfin, l’encadrement du prix des loyers à l’échelle de la Métropole est en cours pour éviter la flambée des prix.

Des dispositifs innovants pour l’accès aux droits et contre le non-recours

La Ville et le CCAS de Grenoble ont élaboré un plan d’action pour l’accès aux droits et contre le non recours qui comporte 17 actions. Parmi elles, la plateforme www.solidarites-grenoble.fr. Réalisée en collaboration avec +280 acteurs de la solidarité grenobloise, elle vise à faciliter l’accès aux droits, en aidant les personnes en difficulté et celles qui les accompagnent à savoir où trouver les services ou le soutien dont ils ont besoin : alimentation, logement, vêtements, hygiène, accueil de jour, formation… Le site recense +8000 visiteurs par mois. Ce plan comporte aussi la mise en place d’une équipe juridique mobile, soutenue par le Défenseur des droits, M. Jacques Toubon. Sa mise en place a été souhaitée suite aux constats faits localement et nationalement, d’une application insuffisante de la Loi de Droit Au Logement Opposable (DALO) et Droit A l’Hébergement Opposable (DAHO) au regard de l’augmentation du nombre de ménages reconnus prioritaires. Elle se donne pour objectif de contribuer à rendre effectifs ces droits pour tous en activant plusieurs leviers : formation auprès des acteurs accueillant des publics et constituant des dossiers DALO ou DAHO, qu’ils soient sédentaires ou itinérants ; ressource et conseil auprès de ces acteurs afin de répondre à leurs interrogations au moment de constituer un dossier DALO ou DAHO ; « maraude » consistant à aller à la rencontre des publics potentiellement éligibles en complémentarité des maraudes associatives ou institutionnelles existantes ; émission d’un avis d’opportunité sur le déclenchement d’un contentieux suite à une décision défavorable de la commission de médiation, si celle-ci était juridiquement infondée. Depuis 2016, le CCAS expérimente des Médiateurs Pair en Santé. Les objectifs sont, au plus proche des habitants, de renforcer de façon très opérationnelle les actions d’accès à la santé (prévention, accès aux droits et aux soins) en facilitant le recours au droit commun social et au système de santé ; en contribuant à l’autonomisation des usagers en difficulté dans leurs démarches de santé ; et en mobilisant les habitants les plus éloignés sur des actions individuelles ou collectives en prévention et éducation pour la santé.

Grenoble, terre d’accueil

Depuis la fin du XIXème siècle, Grenoble, tout comme de nombreuses villes françaises, a été le lieu d’accueil d’une main d’œuvre étrangère liée à l’immigration transfrontalière, principalement en provenance d’Italie. La tradition de solidarité et d’accueil est ainsi ancrée dans la ville depuis fort longtemps. La Ville de Grenoble, en écho avec la mobilisation immédiate des citoyens, a souhaité, dès septembre 2015, s’inscrire dans ce mouvement d’accueil des réfugiés en ouvrant une plateforme de coordination pour recueillir les propositions d’accueil et d’aide des habitants volontaires, des associations et des œuvres de charité. Plus de 550 offres ont été effectuées. Les propositions concernent de l’hébergement long ou temporaire, pour des week-ends, des vacances, mais aussi de l’aide juridique et administrative, de la traduction, des cours de français, du don de vêtements….

Par ailleurs, la Ville met à disposition 13 appartements (anciens logements de fonction d’instituteurs) afin d’héberger des familles à la rue, soit 84 personnes en janvier 2018. En 2014, la Ville de Grenoble a créé le dispositif d’hébergement du Rondeau, qui propose 130 places d’hébergement, permet de sécuriser et stabiliser les situations et d’appuyer les ménages dans la construction de leur projet de vie (pour les adultes et leurs enfants).

Egalité femmes-hommes :

Grenoble passe à la vitesse supérieure La Ville de Grenoble se mobilise pour l’égalité femmes-hommes : – sur l’espace public (campagne dans les transports, etc.); – éducation : lutte contre les stéréotypes de genre dès le plus jeune âge dans les crèches et les bibliothèques, avec des formations… ; – développement du sport au féminin et la mixité des pratiques sportives : création de la première école de foot féminin, mise en place de critères des subventions, … ; – plan d’égalité femmes-hommes dans la fonction publique (si 60% de postes de direction sont confiés à des femmes, la Ville de Grenoble souhaite progresser à tous les échelons). En 2019, la Ville de Grenoble va lancer un travail sur les cours d’école non-genrées.

A la reconquête de l’air

Depuis le 1er janvier 2017, le centre-ville élargi de Grenoble est devenu une Zone à Circulation Restreinte (ZCR) avec une interdiction de la circulation pour les véhicules de marchandises les plus polluants, du lundi au vendredi de 6 h à 19h. D’ici 2025, les véhicules de livraison Diesel vont être progressivement interdits à la circulation. Pour les accompagner, la Métropole propose aux professionnels des aides financières allant jusqu’à 12 000 euros, pour l’acquisition d’un véhicule utilitaire ou poids-lourd à motorisation électrique, Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) ou hydrogène (cumulables aux aides nationales et régionales). Deux centres de distribution urbaine ont aussi été créés.

La « prime air bois », doublée, encourage les particuliers à renouveler leurs appareils de chauffage au bois pour qu’ils soient plus performants et moins polluants.

La Ville de Grenoble s’efforce de faire évoluer le dossier de réaménagement de l’A480, pour qu’il facilite le développement de nouvelles pratiques de mobilités, telle qu’une expérimentation de voie réservée aux covoiturages, comme cela existe déjà dans de nombreux pays (USA, Canada).

Pour faciliter les changements de pratique, la Ville de Grenoble et la Métropole construisent des pistes cyclables, notamment 4 axes Chronovélos d’une longueur totale de 40 km qui relieront les communes de la Métropole d’ici 2021 ; 7 000 Métrovélos en location ; 12 000 places de stationnements vélo, le plus grand silo à vélos de France à la gare (2000places) ; 3 lignes de tram supplémentaires d’ici 2023 ; le développement de l’autopartage (gratuité de stationnement, etc.) ; un téléphérique urbain d’ici 2021 sur le territoire ; …

Grenoble est la deuxième ville de France pour les déplacements domicile-travail à vélo selon l’INSEE. La ville a aussi été récompensée au Baromètre des villes cyclables 2018

Vivre la nature comme un bien commun

Grenoble est en chemin vers l’autonomie alimentaire pour permettre à tous les Grenoblois d’accéder à une alimentation saine, sûre et durable.

La Ville accompagne le développement de l’agriculture urbaine avec les associations, collectifs, habitants, à travers divers projets (voir tableau ci-dessous) des lieux de partage et de convivialité, où la solidarité a autant de place que la culture des fruits, des légumes et des fleurs.

Grenoble est la deuxième ville de France pour les déplacements domicile-travail à vélo selon l’INSEE. La ville a aussi été récompensée au Baromètre des villes cyclables 2018

En 2017, la Ville de Grenoble a lancé les Chantiers ouverts au public qui rassemblent des habitants, des associations et des agents autour de projets sur l’espace public (50 personnes pour réhabiliter une prairie à orchidées, des dizaines d’habitants pour créer une aire de jeux conviviale…)

Depuis 4 ans, grâce au Budget participatif, les Grenoblois de + de 16 ans, quelle que soit leur nationalité, proposent et votent pour des projets qui transforment la ville. Au total, 4 millions d’euros ont été alloués au Budget participatif. De nombreux projets ont déjà vus le jour : 1 jardin partagé, 1 verger, 1 aire de compost, … En sélectionnant le projet de mise en place de nichoirs à hirondelles, mésanges et chauves-souris, les habitants ont choisi de lutter contre la prolifération des moustiques-tigres, présents autour des zones humides de Grenoble, ainsi que celle de la Pyrale du buis, dont la chenille dévaste les buis notamment à la bastille.

La ferme urbaine est un outil important pour arriver à l’autonomie alimentaire : à Grenoble, le centre horticole se transforme depuis quelques années en un véritable centre de production agricole et alimentaire. En novembre 2018, une ferme urbaine 100% bio de 1,4 hectare s’est installée. Elle va permettre notamment de : – Réduire les émissions de CO2 et autres liées aux transports – Diminuer la vulnérabilité et la dépendance aux matières importées – Assurer une meilleure qualité et traçabilité des produits consommés – Mieux répondre localement aux besoins des habitants – Créer de l’emploi (nouveaux métiers, nouveaux marchés) – Développer du lien social, de la rencontre et de la solidarité (entre ceux qui produisent et ceux qui consomment, etc.)

Les chiffres clefs de l’alimentation et la végétalisation à Grenoble :

L’agriculture urbaine à Grenoble :
1 ferme urbaine bio ;
23 jardins partagés, soit 3 terrains de foot ;
6 vergers ;
60 jardins à adopter ;
2 tonnes de légumes par le centre horticole fournis au self municipal depuis 2016 ;
Le dispositif « Jardinons nos rues » pour permettre à ceux qui le souhaitent de jardiner dans la rue.

Protocole :
boissons 100% bio et locales et aliments 80% bio ; réduction de 50% des déchets/gaspillage

Cantines scolaires :
50% de composantes bio et/ou locales ;
au moins 1 recette végétarienne par semaine depuis 2017 ;
Grâce à la tarification sociale, les plus bas revenus bénéficient d’un repas pour 0,77cts

Crèches :
grâce au marché Mangez bio Isère dans les crèches ; 5 crèches sont livrées à vélo en produits bio et locaux.

Self municipal :
30% du budget alimentaire du self municipal pour des produits bio et/ou locaux ;
2 tonnes (>10%) de légumes frais produits dans les serres municipales.

Végétalisation :
3 700 arbres plantés depuis 2014 ;
+500 variétés contre 297 en 2006.

Solidarités :
coopération avec les cantines avec Ouagadougou ;
Participation des enfants à la distribution des Paniers solidaires.

Compost (avec la Métropole) :
généralisation de la collecte pour particuliers et commerçants de 2019 à 2022 ;
Lombricomposteurs gratuits sur demande

L’économie au cœur des transitions

La Ville de Grenoble apporte son soutien au Cairn, monnaie locale du territoire, depuis le lancement avec un partenariat de communication et d’événementiel et des stands d’informations sur les monnaies locales complémentaires à l’hôtel de ville. D’autre part, la Ville de Grenoble accepte depuis juin 2018 l’encaissement en Cairn pour le paiement de certains services publics (Musée, bibliothèques, self municipal). Le Cairn est disponible sur un bassin de vie d’environ 750 000 habitants. La monnaie locale permet à déjà + de 1 600 particuliers et +220 professionnels de réaliser des échanges économiques locaux et responsables au sein du bassin de vie. + 100 000 cairns sont en circulation.

A Grenoble, la commande publique inclut des clauses et critères environnementaux, elle utilise des critères cycle de vie du produit ou circuits courts. Elle permet aussi d’assurer l’insertion de publics spécifiques ; à ce titre, Grenoble a reçu le Trophée de l’insertion qui récompense les collectivités qui concluent le plus de marchés intégrant une clause d’insertion. Des jurys citoyens sont organisés pour prendre en compte l’avis des habitants dans le choix des offres (aménagement d’espace public par exemple).Enfin, les Assises de la commande publique permettent aux acheteurs publics et aux entreprises de se rencontrer. Le futur portail de dématérialisation des marchés sera un outil central pour pérenniser les actions de la commande publique.

Grenoble mise sur l’énergie verte et la réduction de la dépense énergétique

En 2022, Grenoble couvrira la totalité des besoins des ménages grenoblois en électricité renouvelable : 100% verte, grâce à un plan d’investissement de 125 millions d’euros de Gaz Electricité de Grenoble – l’énergéticien local.

L’objectif est d’offrir 25% de logement social à l’horizon 2025, tout en construisant des bâtiments 20% au-delà des objectifs de la Réglementation Thermique 2012. Les nouvelles constructions sont exemplaires : biomatériaux, écoconstruction, sobriété énergétique.

En 2019, 4 toitures d’école seront équipées de panneaux photovoltaïques, soit environ 36 000 kWh d’électricité renouvelable. Avec la SPL Oser, trois écoles connaîtront d’ici 2019 des rénovations énergétiques réduisant de 46% les consommations d’énergie primaire, avec une contribution des énergies renouvelables produites sur site de 20%.

La Ville de Grenoble a aussi engagé une modernisation particulièrement ambitieuse de son éclairage public, grâce à la Régie « Grenoble Lumière ». 4,5M€ sont ainsi investis pour répondre aux enjeux de la transition énergétique avec : la rénovation de 84% de son parc de points lumineux, la réduction de 50% de sa consommation énergétique et donc de la facture énergétique, la suppression des 3 000 lampes à mercure encore utilisées biens qu’illégales, la diminution de 80% de la pollution lumineuse.

La Ville de Grenoble renouvelle sa flotte de véhicules les plus anciens par des véhicules électriques et GNV (Gaz Naturel Véhicule).

Grenoble, éco cité populaire

L’Esplanade, un poumon vert à l’entrée Nord Est de la Métropole

Après plus de deux ans de co-construction, les urbanistes-concepteurs de l’équipe HDZ ont élaboré un Plan Guide, document cadre fixant les grandes orientations du projet et répondant à la majorité des attentes exprimées par les citoyens. La nouvelle Esplanade sera végétalisée à 50% et un parc d’une longueur de près d’1 km sera créé le long des berges de l’Isère. Le quartier offrira un nouvel espace de respiration aux portes du centre-ville historique pour tous les Grenoblois et métropolitains. L’Esplanade a vocation à être un quartier vivant, dynamique et agréable, une composante à part entière du cœur de la Métropole.


Flaubert, un éco-quartier

Sur un périmètre de 90 hectares, le quartier Flaubert se transforme en un éco-quartier co-construit, en donnant à un large public d’acteurs et d’habitants, la possibilité de participer activement à l’avenir de ce nouveau quartier. Le cœur de cette opération d’aménagement est le parc Flaubert, vaste de 3 hectares. Autour, de nombreuses opérations sont en cours. Un bâtiment passif (conso<15kWh/an/m² en chauffage), le « Haut-bois », en structure bois, d’une hauteur de 9 étages comprenant 56 logements locatifs sociaux, va notamment sortir de terre en 2019. Le prototype d’habitat en terre et en bois, Terra Nostra, a aussi été reconstruit dans ce quartier.

Le projet Presqu’Île, future éco-cité

Au confluent du Drac et de l’Isère, sur 250 hectares, le projet Presqu’Île devra allier toutes les réussites du modèle grenoblois. En plus d’être un campus tourné vers les défis de l’avenir, cette future éco-cité expérimentera l’urbanité de demain tant au niveau de la réduction de l’empreinte écologique, du bilan carbone que des déplacements. Le projet urbain a pour objectif de consommation des bâtiments une baisse de 30% par rapport à la réglementation thermique 2012.

Rénovation urbaine : Villeneuve, un éco-quartier populaire

Avec l’ANRU, plus de 190 millions d’euros seront investis pour les opérations à la Villeneuve et au Village Olympique (habitat : 132 millions d’euros, espaces publics 33 millions d’euros, équipements publics 21 millions d’euros et développement économique 6,3 millions d’euros).Cela correspond à plus de 1 100 logements sociaux et 350 logements privés qui seront réhabilités. Ces quartiers utopiques du 20e siècle, se transformeront en un éco-quartier en avance sur le 21e siècle.

Plan écoles : 65 millions d’€ pour la jeunesse d’aujourd’hui et de demain

Considérant l’éducation et le cadre d’apprentissage comme une priorité, la Ville de Grenoble a décidé en 2015 d’investir plus de 65 millions d’euros pour ses écoles. Cela représente le premier budget d’investissement de la Ville de Grenoble.

Dans le cadre du Plan écoles, la Ville a prévu de nombreux travaux pour répondre à l’augmentation d’effectifs et améliorer le cadre d’apprentissage. Pour chaque projet, la Ville fait preuve d’une exigence particulière en matière de participation citoyenne, de mutualisation des locaux, d’exigence environnementale et d’insertion sociale dans les chantiers. Ce Plan écoles prévoit :

– 5 nouvelles écoles ou écoles agrandies et 3 extensions

– L’agrandissement ou la construction 3 restaurants scolaires des écoles, tous livrés à la rentrée 2017

– La rénovation énergétique et thermique de 3 écoles Painlevé, Elisée Chatin et Ampère (livraison à la rentrée 2019).

Tout au long de l’année, la Ville se mobilise aussi auprès des enfants et des jeunes en situation de fragilité et de leur famille : dispositifs de réussite éducative, accompagnement à la scolarité, dépistages et actions de prévention santé (bucco-dentaire, langage, nutrition…), mobilisation des référents familles, présence accrue des intervenants sportifs et culturels dans les écoles qui en ont le plus besoin… tout au long de l’année, la Ville agit pour permettre à chacun de se construire et de trouver sa place, à l’école et dans la société.